© 2017 Cliniques dramaturgiques avec Wix.com 

INFO-FTA 514 844 3822 + 1 866 984 3822

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean

Jaime Arrambide

Argentine, Buenos Aires

Poète, dramaturge et traducteur littéraire, Jaime Arrambide se consacre depuis près de quinze ans à la traduction théâtrale. On lui doit notamment la traduction espagnole d’une vingtaine d’auteurs de théâtre francophone et anglophone (Marguerite Duras, Jean-Luc Lagarce, Sarah Kane, Martin Crimp, David Mammet et Bernard-Marie Koltès, entre autres). Invité au Québec en résidence pour travailler avec Olivier Choinière et Sébastien Harrisson en 2010, il a également co-animé l’année suivante le Séminaire international de traduction organisé par le CEAD. Soulignons ses nombreuses collaborations avec le milieu théâtral français (résidences au CNES – Centre National des Écritures du Spectacle – à La Chartreuse en Avignon) qui témoignent de sa fine connaissance de la dramaturgie européenne contemporaine. Dans le domaine de l'essai, de la sémiologie et des sciences sociales, il a entre autres traduit Julia Kristeva, Zygmunt Bauman et Patice Pavis.

(Crédit photo : nr)

Anne Françoise Benhamou

France, Paris

Anne Françoise Benhamou est professeure en Études théâtrales à l'École normale supérieure et dramaturge. Elle mène parallèlement un parcours universitaire et une activité de collaboratrice artistique, principalement auprès de Stéphane Braunschweig : elle a participé à toutes ses créations théâtrales depuis 1993 ; ils ont travaillé sur le répertoire (Shakespeare, Molière, Racine, Tchekhov, Pirandello, Brecht, Wedekind, Ibsen) mais aussi sur des contemporains (Lygre, Levin). Elle a été dramaturge pour plusieurs de ses productions d’opéra (notamment le Ring de Wagner). Elle l’a accompagné dans les théâtres qu’il a dirigés, parfois en quittant l’Université : ce fut le cas pendant 8 ans au Théâtre national de Strasbourg - où, avec lui, elle a créé à l’Ecole supérieure d’art dramatique la section Dramaturgie/Mise en scène, qu’elle a encadrée pendant 7 ans -, et au Théâtre national de La Colline à Paris. Elle a récemment publié Patrice Chéreau. Figurer le réel, Koltès dramaturge et Dramaturgies de Plateau).

(Crédit photo : ens)

Simon Drouin

Montréal, Québec

Simon Drouin est membre du Bureau de l'APA (Québec)

Imaginé par le performeur, concepteur et musicien Simon Drouin, et par l’écrivaine et performeuse Laurence Brunelle-Côté, le Bureau de l’APA voit le jour à Québec en 2001.

La structure se définit comme un atelier indiscipliné d’arts vivants, assurant qu’ « il ne faut pas croire tout ce que l’on pense ». Inventif, curieux, jamais à court d’idées, le duo s’entoure de créateurs passionnés. En 2007, la performance Si ma tante avait deux roues, ce serait une bicyclette les fait connaître à Québec, puis à Lyon, où le spectacle est présenté en 2010. Avec La Jeune-Fille et la mort, le succès du groupe se confirme. Créé à Québec en 2010, repris en 2012 au Mois Multi, le spectacle est également présenté à l’Espace Libre, puis au FTA en 2013. Vient ensuite le projet musical iconoclaste Les oiseaux mécaniques, qui développe l’idée du détournement d’un concert classique présenté en 2015 à Espace Libre. La Neuvième Symphonie de Beethoven se trouve ainsi déroutée, revisitée, rafraîchie.

(Crédit photo : Marion Gotti)

+

http://www.bureaudelapa.com/

http://www.lodho.com/

Gustavo Fijalkow

Royaume-Uni, Conventry

Gustavo Fijalkow received a multifaceted dance education at the Taller del Teatro San Martín (Argentina), the Folkwang Hoschschule (Germany) and the Rotterdamse Dansacademie (The Netherlands), where he obtained his diploma in stage dance. For over twenty years he performed in diverse companies and projects around the world, eventually shifting from pure dance to more experimental, performance-related or theatrical formats, both in purpose-built venues and in site-specific contexts. Between 2005 and 2014 he was the manager and creative producer of a Germany-based, mixed-abled dance company. In this position he co-conceived and directed the implementation of collaborative, international dance projects in various African, South American and Asian countries, as well as in Germany. He was for years’ advisor to the jury of the festival Tanzhautnah in Cologne. Further more, he co-established the Crossings Dance Festivals and KulturDifferenzTanz, pioneer German platforms and festivals for mixed-abled dance. As an artistic director, he curated them as multidisciplinary festivals aiming at challenging the pre-eminent binomial discourse around ability/disability. In the field of academia, he obtained 2009 his MA in International Arts Management with the thesis Bloodbath-Blood bond, that focused on constructions of German identities in Israel through the cultural work of the Goethe-Institut Tel Aviv. The symposium Heim.at tanz.t (2014), that explored the relation between dance and national identities was a joint effort with the German Sport University Cologne, for which Gustavo signed responsible for the idea and co-curation. He is currently a doctoral candidate at the Centre for Dance Research, C-DaRE, Coventry University. His thesis delves into the phenomenon National Dance Platform, and its capability to generate or perpetuate national narratives through dance within a globalised world order.

(Crédit photo : www.coventry.ac.uk)

+

www.coventry.ac.uk/research/research-directories/researchers/gustavo-fijalkow/

Geoffrey Gaquère

Montréal, Québec

Geoffrey Gaquère est diplômé du Conservatoire d’Art Dramatique de Bruxelles (1996), et de l’École Nationale de Théâtre du Canada (2000). Comédien au théâtre, au cinéma et à la télévision, mais également  metteur en scène, il cumule les projets et les collaborations  fructueuses. Au théâtre, il joue sous la direction de Robert Bellefeuille dans La Dame aux camélias (TNM), Edmond Dantès et Le Comte de Monte-Cristo (Denise-Pelletier); il est de la distribution de Kean (TNM) dirigé par René-Daniel Dubois, et de L’Avare (TNM) par Alice Ronfard. En 2008, on a pu le voir dans L’Énéide (Espace Libre), dans une mise en scène d’Olivier Kemeid, Élizabeth, Roi d’Angleterre (TNM) dirigé par René-Richard Cyr, puis dans Roland, création du Théâtre de la Pire Espèce présentée au Théâtre d’Aujourd’hui. Au printemps 2009, il occupa la scène du Théâtre Jean-Duceppe dans Amadeus, dirigé par René Richard Cyr.

À la télévision, il a été de la distribution régulière du téléroman Emma diffusé à l’antenne de TVA.

Côté mise en scène, on lui doit, entre autres, celles des pièces Couche avec moi (c’est l’hiver) (Théâtre PàP, La Bordée) de Fanny Britt, ainsi que Les exilés de la lumière de Lise Vaillancourt (Espace Libre). Avec Hôtel Pacifique, toujours de Fanny Britt, il signe la première mise en scène de sa compagnie Théâtre Debout, fondée avec cette dernière et Johanne Haberlin. L’équipe récidive ensuite avec Enquête sur le pire (Salle Jean-Claude Germain). En 2011, il dirige Toxique, un texte de Greg MacArthur, mettant en vedette Élise Guilbault et Guy Nadon et depuis, il a dirigé plusieurs autres projets théâtraux en tant que metteur en scène. 

Il fait ses débuts à l’opéra comme metteur en scène avec La Veuve Joyeuse  d’Offenbach en dirigeant l’Opéra OBQ de Laval en 2009, expérience qu’il renouvelle en 2010 avec La Vie Parisienne

En 2014, Geoffrey ajoute une corde à son arc en prenant la direction artistique du théâtre Espace Libre.

(Crédit photo : David Ospina)

+

www.espacelibre.qc.ca

Clément de Gaulejac

Montréal, Québec

Clément de Gaulejac est artiste, auteur et illustrateur. En 2015, il a exposé Les Naufrageurs au Centre de l'image contemporaine Vox. Aux éditions Le Quartanier, il a publié Les Artistes (2017) Grande École (2012), ainsi que Le Livre noir de l'art conceptuel (2011). À la Mauvaise tête, il a publié Les cordons de la bourse (2014) et Tailleurs d'histoires (2015). 

(Crédit photo : Richmond Lam)

+

http://www.calculmental.org

Mette Ingvartsen

Belgique, Bruxelles

Audace, recherche et dépassement : Mette Ingvartsen, qui a achevé ses études à l’école bruxelloise de danse contemporaine P.A.R.T.S., ouvre d’étonnants espaces à la danse contemporaine. Performeuse dans des œuvres de Xavier Le Roy et Boris Charmatz, la chorégraphe danoise fait sensation avec ses cycles de création qui pensent la chorégraphie plus grand et plus loin. En solo, en groupe ou sans autre interprète que la matière, l’art du mouvement devient tantôt météorologique (The Artificial Nature Project, 2012), tantôt éloge charnel ou anthropologie sensuelle (69 positions, 2014). Le répertoire d’Ingvartsen connaît une résonance notoire dans les plus grands rendez-vous contemporains d’Europe depuis près de 15 ans. Pour sa toute première visite en Amérique du Nord à l’invitation du FTA, elle poursuit ses recherches sur les notions d’affects et de sensations, amorcées avec ses projets les plus récents – IT’S IN THE AIR, GIANT CITY et Evaporated landscapes. Deuxième volet du cycle The Red Pieces, dédié au corps et à la nudité, 7 Pleasures interroge le rapport charnel individuel et collectif. Après 69 positions, un solo où elle se retrouvait nue au milieu des spectateurs, Ingvartsen investit la sexualité, l’érotisme et le plaisir comme lieux de pouvoir, avec une force vitale qui les réactualise en marge de l’imagerie convenue. Questionnant notre libre arbitre dans une société qui capitalise et manipule le désir à foison, ce cycle de création invite à réinventer notre manière d’être ensemble et de faire corps physiquement.

(Crédit photo : nr)

+

http://www.metteingvartsen.net/

Hermann Lugan

France

Hermann Lugan est franco-allemand, né à Orléans en 1978. Après des études d’Histoire et une spécialisation en Histoire culturelle, il se forme à la gestion d’entreprises culturelles.

Il occupe différents postes en production et administration culturelle à Lille 2004 Capitale européenne de la Culture, à la Condition Publique, au Colisée et au Centre Chorégraphique National – Carolyn Carlson à Roubaix.

De 2005 à 2011, il co-dirige le festival l’Entorse dédié aux croisements entre Art et Sport.

Depuis 2011, il est directeur adjoint du Phénix, scène nationale Valenciennes et directeur exécutif du Pôle européen de création, dispositif d’accompagnement de l’émergence et de la création en arts vivants.

http://www.lephenix.fr/

Laurent Muhleisen

France, Paris

Laurent Muhleisen est né en 1964 à Strasbourg. Après des études d’Allemand et une brève période d’enseignement, il se consacre entièrement à la traduction à partir de 1991, et se spécialise dans le théâtre allemand contemporain.
Il a traduit Dea Loher, Marius von Mayenburg, Roland Schimmelpfennig, Rainald Goetz, Rainer Werner Fassbinder, mais aussi Bertold Brecht, Hugo von Hofmannstahl, Hans Mayer, Wim Wenders…

Depuis 1999, il dirige la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale à Montpellier.

Il est l’un des animateur du réseau T.E.R (Traduire, Editer, Représenter), dont l’objectif est de favoriser la circulation des œuvres dramatiques contemporaines en Europe.

Depuis octobre 2006, il est conseiller littéraire et théâtral à la Comédie-Française.

(Crédit photo : nr)

+

https://www.maisonantoinevitez.com/
https://www.comedie-francaise.fr/

Sandra Noeth

Allemagne, Berlin

Sandra Noeth est dramaturge, écrivaine et chercheuse. Basée à Berlin, elle collabore avec de nombreuses institutions internationales. Elle est spécialiste des domaines de la danse et des arts performatifs, ses sujets de recherche concernent l’éthique et la politique du corps ainsi que les pratiques du mouvement non-occidentales. Depuis 2015, elle fait partie du groupe de recherche Loose Connections à l’Université de Hambourg; depuis 2016 elle co-dirige le projet de recherche artistique-théoriques Violence of Inscriptions au HAU-Hebbel am Ufer Berlin (with A. Zaides). Avant cela elle a dirigé le département de dramaturgie et de recherche au Tanzquartier à Vienne (2009-14), où elle développait une série de projets artistiques et théoriques sur les questions de responsabilité, de religion et d’intégrité en lien au corps. Actuellement, elle travaille sur un projet de publication consacré au statut et à la capacité d’action du corps confronté aux questions de frontières matérielles et immatérielles. Depuis 2012, elle est professeure associée pour le master en chorégraphie de DOCH/Université des Arts de Stockholm; elle était professeure en résidence à Ashkal Alwan, Beirut, en 2015-16. 

Récentes Publications: “Contemporary Choreography in the Middle East”, with S. Haddad King, in: J. Butterworth/L. Wildschut (eds.), Contemporary Choreography. A Critical Reader (2017); “A New War on Borders. Artistic Movements in Contested Space”, in: G. Brandstetter/H. Hartung (eds.), Moving (across) borders (2017); “Bodies of Evidence, or: the Border in Us”, in: SCORES°5: intact bodies/under protest, ed. with Tanzquartier Wien: 102-109 (2016); “Dramaturgy in Contemporary Dance and Choreography”, in: M. Romanska (ed.), The Routledge Companion to Dramaturgy (London: Routledge): 414-419 (2014);  “Dramaturgy. Mobile of Ideas”, in: SCORES°0: the skin of movement, ed. with Tanzquartier Wien: 36-47 (2010). 

(Crédit photo : nr)

Rimini Protokoll / H. Haug + S. Kaegi + D. Wetzel

Allemagne, Berlin

Figure incontournable du théâtre documentaire et participatif en Europe, le collectif Rimini Protokoll fut parmi les premiers à expérimenter un théâtre-vérité sans acteurs, entièrement joué par des citoyens qui racontent leur propre histoire ou par des spectateurs engagés dans une expérience interactive. Le trio formé par Stefan Kaegi, Helgard Haug et Daniel Wetzel, proches collaborateurs depuis leurs études à l’Institut des Sciences théâtrales appliquées de Giessen, s’intéresse aux frontières entre la réalité et la fiction et cherche à utiliser les outils de la mise en scène pour faire surgir le réel. Leurs spectacles mettent en place des mécanismes d’interactivité particulièrement inventifs et inédits sur la scène théâtrale.

Politiques, les œuvres du collectif berlinois sont aussi des morceaux d’humanité et d’empathie, qui racontent l’identité dans une perspective de cohabitation et de curiosité pour l’autre. Les spectateurs du FTA se souviennent assurément de Mnemopark (2007), une singulière traversée de la Suisse à travers le regard de quelques retraités passionnés de modélisme. Depuis, Rimini Protokoll a notamment proposé la série Remote, des déambulatoires interrogeant l’espace public, Situation Rooms, une expérience interactive sur l’industrie de l’armement, ou encore le spectacle Lagos Business Angels, un portrait d’hommes d’affaires nigériens. Le collectif a aussi créé de nombreux spectacles dans le cadre de la série 100 % City, entre autres à Berlin, Tokyo, Londres, Melbourne ou Philadelphie. La formule propose le portrait d’une grande ville en donnant la parole à ses citoyens et en s’appuyant aussi sur une représentation visuelle de son portrait statistique.

(Crédit photo : www.fta.ca)

+

http://fta.ca/spectacle/100-montreal/

http://www.rimini-protokoll.de/website/en/

Michael Toppings

Montréal, Québec

Michael Toppings dirige le MAI - Montréal arts interculturels depuis 2013.

 

Éditorial de la saison 2016-2017

Suis-je le seul à avoir l’impression que l’humain a parfois du mal à aller de l’avant ? Comme si notre évolution était paralysée, en panne. Nous semblons incapables de modifier nos comportements dépassés, incapables de résoudre nos vieux conflits, de trouver des solutions aux mille et un problèmes de notre planète.

Pourquoi les choses ne se règlent-elles pas; pourquoi les mêmes problèmes surgissent-ils encore et encore ? Nous tournons en rond. Conflits armés, génocides, racisme, xénophobie, violence contre les femmes, atteinte aux droits de l’Homme, changements climatiques, pauvreté, famine, injustices sociales, etc. Quand tout cela s’arrêtera-t-il ?

L’humain est-il incapable de changement ? Ou peut-être ne le souhaite-t-il pas réellement ? Sommes-nous plongés dans l’apathie et la soumission, sommes-nous tombés dans l’inertie ? Avons-nous perdu notre ténacité et arrêté de croire que nous pouvons changer les choses ou sommes-nous simplement enlisés dans notre propre dysfonctionnement collectif ? Lorsque nous faisons face à la différence ou que nous avons peur, pourquoi nous rabaissons-nous les uns les autres, en utilisant pour justification des principes hermétiques établis par le gouvernement ou la société, des principes motivés par tout sauf par l’amour ?

Ce constat me met en colère. J’y pense, et je me dis que nous méritons mieux.

Et puis, il y a l’art. L’art qui apaise toute cette colère. L’art et son immense capacité d’éduquer, de remettre en question, d’inspirer, d’enrager, de divertir. L’art qui nous permet de contempler, d’évoluer, et, si j’ose dire, de changer. L’art comme catalyseur de la cohésion sociale par lequel nous arrivons à célébrer nos points communs comme nos différences. L’art qui nous permet d’aller au plus profond de nous-mêmes et de poser un regard différent sur les choses. L’art qui façonne nos plus grandes angoisses et qui nous aide à les surmonter. L’art nous rappelle que nous avons encore beaucoup à faire dans ce monde. Il incarne l’espoir, le renouveau.

Et vous ? Quelle place l’art occupe-t-il dans votre vie ?

(Crédit photo : RQD)

+

http://www.m-a-i.qc.ca/fr

Frank Weigand

Allemagne, Berlin

Né en 1973 à Stuttgart, Frank Weigand a grandi à Munich. Pendant ses études de langues romanes et de philosophie, il travaille comme journaliste et comédien occasionnel, avant de quitter le monde de l’art pour devenir présentateur de radio aux îles canaries. Après un passage au Bureau du Théâtre et de la Danse à l’Ambassade de France à Berlin et au Ballet Atlantique-Régine Chopinot à La Rochelle, et une brève carrière de producteur/dramaturge, il travaille depuis 2000 en tant que critique indépendant de danse et de théâtre, et en même temps en tant que traducteur et interprète dans le milieu culturel. Spécialisé en théâtre contemporain, il a traduit environ 85 textes d'auteurs français et francophones - mais aussi des textes pour des chorégraphes tels qu'Eszter Salamon, Xavier Le Roy ou Rachid Ouramdane. Depuis 2011, il co-dirige, avec la metteure en scène Leyla-Claire Rabih, l'anthologie SCENE - neue französische Theaterstücke aux éditions Theater der Zeit. Il s'intéresse aux processus de traduction collective et aux politiques de pouvoir relatives à toute action d'apropriation culturelle. En tant que spécialiste de danse contemporaine, Frank Weigand est membre du comité d'experts pluridisciplinaire du Haupstadtkulturfonds, Berlin et depuis 2016 du City Tax Fond Berlin - activités qu'il essaie de mener le plus possible en dialogue avec les artistes dont il évalue les projets.

(Crédit photo : nr)

Vos hôtes

Les Cliniques dramaturgiques 2017 ont été conçues en toute complicité par Jessie Mill, conseillère artistique du FTA, et Émilie Martz-Kuhn, professeure associée à l'École supérieure de théâtre de l'UQAM, avec l'aide précieuse de Josianne Dulong-Savignac et de toute l'équipe du Festival TransAmériques.

Please reload